Puberté

Puberté féminine
Définitions
Adrénarche (du lat. ad- « près de », et ren « rein », et du gr. arkhê « commencement, principe »). Modification sélective des sécrétions cortico-surrénaliennes, qui se produit plusieurs années avant l’initiation de la puberté gonadique (gonadarche). Elle se caractérise par une augmentation marquée et progressive de la production des androgènes surrénaliens, contrastant avec la constance du taux de sécrétion du cortisol.
Thélarche (du gr. thêlê « mamelon », et arkhê « commencement, principe »). Le début du développement mammaire. Chez la grande majorité des fillettes constitue le premier signe clinique du début pubertaire.
Pubarche (du lat. pubes « poil pubien », et du gr. arkhê « commencement, principe »). L’apparition de la pilosité pubienne.
Ménarche (du gr. mên « mois », et arkhê « commencement, principe »). Apparition des premières règles. Evénement tardif de la puberté qui survient en moyenne deux ans après l’initiation des changements pubertaires. L’âge moyen (médiane) de la ménarche, établi entre 1960-1975, varie de 12,8 à 13,4 ans dans les populations d’Europe ou émigrées d’Europe. L’écart-type de l’âge de la ménarche est d’un an dans la plupart des populations si bien que 95 p. 100 des filles sont réglées entre 11 et 15 ans.
Puberté féminine (lat. pubertas, de pubescere « se couvrir de poil follet, devenir pubère »). Période de la vie au cours de laquelle apparaissent un changement dans le rythme de croissance somatique, la maturation des gonades, et le développement des caractères sexuels secondaires. La puberté se termine lorsque la fonction de reproduction (cycles ovulatoires) est acquise.
Adolescence (du lat. adulescentia « jeunesse », de adolescere « croître, grandir, se développer »). La période (deuxième décade de la vie) au cours de laquelle s’effectuent les changements psychologiques, comportementaux et relationnels socioculturels qui accompagnent et suivent la puberté.
Evolution de l’activité ovarienne
Période de différenciation 2e au 7e mois de la vie fœtale. Multiplication des ovogonies. Constitution d’une réserve de follicules primordiaux.
Période de développement inachevé Du 8e mois de la vie fœtale jusqu’à la puberté. À partir de cette réserve se dégagent régulièrement des follicules qui entament leur croissance mais sans pouvoir la conduire à son terme.
Période d’activité fonctionnelle complète De la fin de la puberté jusqu’à la ménopause. Déroulement d’environ 300 cycles ovulatoires. Cette période se termine quand le nombre de follicules primordiaux est devenu très faible ou nul.
Etapes du développement pubertaire
1. Adrénarche→ Pubarche
2. Diminution de la sensibilité hypothalamique au rétrocontrôle négatif exercé par les œstrogènes circulants →
Augmentation de la sécrétion de gonadolibérine
3. Augmentation de la réponse de FSH/LH à la gonadolibérine
4. Augmentation de la réceptivité ovarienne à FSH/LH
5. Augmentation de la sécrétion estrogénique→ Thélarche
6. Fluctuations et pics nocturnes de LH (figure)

7. Pic de croissance (voir courbe de croisssance)

8. Sécrétion estrogénique→ Prolifération de l’endomètre→ Ménarche
9. Rétro-contrôle positif→ Décharge cyclique de LH→ Cycle ovulatoire
Chronologie
Age moyen (extrêmes)
Puberté: accélération du rythme de croissance staturale, thélarche, pubarche 11 (8-14)
Ménarche 13 (11-15)
Cycles ovulatoires 15
Ménopause 50 (40-55)
Classification du développement pubertaire féminin selon Tanner
Seins (S) Age moyen ± 2 DS
S1 Pas de seins, élévation éventuelle du mamelon.
S2 Apparition du bourgeon mammaire. 11,5 8,9-13,25
S3 Apparition de la pigmentation du mamelon et de l’aréole. De profil, la saillie mammaire est bien visible. 12,5 10,0-14,3
S4 Projection antérieure de l’aréole et du mamelon. 13,1 10,8-15,3
S5 Anatomie de type adulte. Retour de l’aréole dans le plan de la surface du sein et sillon sous-mammaire distinct. 15,3 11,85-18,8
Pilosité pubienne (PP)
PP1 Absence de pilosité pubienne.
PP2 Quelques poils longs pigmentés, apparaissent sur le mont de Vénus, ou souvent d’abord sur le pourtour des grandes lèvres. 11,7 9,3-14,1
PP3 Pilosité plus dense, dépassant la symphyse pubienne. 12,4 10,2-14,6
PP4 Poils de type adulte, mais limités au mont de Vénus, ébauche de triangle pubien. 12,95 10,9-15,1
PP5 Pilosité de type adulte atteignant les cuisses. 14,4 12,2-16,65
Développement mammaire

Développement de la pilosité pubienne

Puberté précoce
La puberté précoce se définit comme l’apparition des caractères sexuels secondaires avant l’âge de 9 ans chez la fille, et avant l’âge de 10 ans chez le garçon. La puberté précoce est 9 fois plus fréquente chez la fille que chez le garçon, mais contrairement à celui-ci, elle est rarement lésionnelle (6 % des cas). La vraie puberté précoce est isosexuelle, en rapport avec un trouble primitif de l’axe hypothalamo-hypophysaire. Les fausses pubertés précoces sont iso ou hétéro-sexuelles en rapport avec un trouble primitif des gonades ou des surrénales. Ainsi, outre l’échographie pelvienne chez la fille, qui permet d’affirmer rapidement le diagnostic de puberté précoce sur l’aspect des organes génitaux internes, l’imagerie est fondamentale dans le diagnostic étiologique. L’échographie permet de plus très rarement de découvrir une tumeur primitive secrétante de l’ovaire responsable de la puberté précoce. Une exploration de l’encéphale (TDM ou IRM) est systématique, surtout à la recherche d’une tumeur. Voir aussi schéma d’exploration.
• Puberté précoce incomplète
• Puberté précoce isosexuelle
o Vraie puberté précoce
 Cause idiopathique
 Causes centrales
 Séquelles inflammatoires (encéphalites, méningite tuberculeuse)
 Tumeurs cérébrales
 Localisations cérébrales de maladies systématisées
 Hypothyroïdie primitive
o Fausse puberté précoce
 Causes iatrogènes
 Causes gonadiques
 Tumeur maligne embryonnaire (chorioépithéliome, tératome), ovarienne ou médiastinale
 Tumeurs de l’ovaire: kyste folliculaire, lutéome ou tumeurs de la granulosa ou de la thèque
 Tumeurs surrénaliennes féminisantes
• Puberté hétérosexuelle
o Causes iatrogènes
o Tumeur masculinisante de l’ovaire (arrhénoblastome)
o Causes surrénaliennes
 Tumeur virilisante
 Hyperplasie surrénale congénitale à révélation tardive
Puberté précoce: liens (links)
• Pathologie de la puberté (CHU de Rennes, Institut Mère-Enfant, annexe pédiatrique, Hôpital sud, France)
• Précocités sexuelles : formes cliniques (Gyneweb, France)
• Precocious Puberty (Emedicine Inc., US)
• PRECOCIOUS PUBERTY (Online Mendelian Inheritance in Man, US)
• Precocious Puberty: Who Has It? Who Should Be Treated? (The Journal of Clinical Endocrinology & Metabolism)
• Premature Adrenarche—Normal Variant or Forerunner of Adult Disease? (Endocrine Reviews)

Puberté masculine
Définitions
Puberté masculine (lat. pubertas, de pubescere « se couvrir de poil follet, devenir pubère »). Période de la vie au cours de laquelle apparaissent un changement dans le rythme de croissance somatique, la maturation des gonades, et le développement des caractères sexuels secondaires. La puberté se termine lorsque la fonction de reproduction (spermatogenèse) est acquise.
Adolescence (du lat. adulescentia « jeunesse », de adolescere « croître, grandir, se développer »). La période (deuxième décade de la vie) au cours de laquelle s’effectuent les changements psychologiques, comportementaux et relationnels socioculturels qui accompagnent et suivent la puberté.
Classification du développement pubertaire masculin selon Tanner
Organes génitaux externes (G) Age moyen ± 2 DS
G1 Testicule, scrotum et pénis de taille prépubère.
G2 Croissance du scrotum et des testicules. Peau scrotale plus rouge, mince et rugueuse. Le pénis n’a pas grandi. 11,6 9,5-13,8
G3 Croissance du pénis en longueur. Allongement du scrotum et augmentation du volume testiculaire. 12,85 10,8-14,9
G4 Le pénis continue de grandir: le contour du gland devient visible. Pigmentation plus marquée du scrotum. 13,8 11,7-15,8
G5 Organes génitaux adultes. Le pénis arrive au niveau inférieur du scrotum. 14,9 12,7-17,1
Pilosité pubienne (PP)
PP1 Absence de pilosité, duvet semblable à celle du reste de l’abdomen.
PP2 Quelques poils légèrement pigmentés, droits, allongés, en général à la base du pénis, quelquefois sur le scrotum. 13,4 11,3-15,6
PP3 Poils pubiens bien visibles, pigmentés, bouclés, limités à une petite zone autour de la base du pénis. 13,9 11,8-16,0
PP4 Pilosité de type adulte, mais peu fournie, ne s’étendant pas au-delà des plis inguinaux. 14,4 12,2-16,5
PP5 Pilosité adulte s’étendant sur les cuisses, mais peu ou pas sur l’abdomen (sommet horizontal). 15,2 13,0-17,3
PP6 La pilosité s’étend sur la ligne médiane de l’abdomen (sommet en losange chez 80% des hommes adultes).
Stades globaux de la puberté masculine
P1 Prépubertaire: organes génitaux infantiles. Absence de la pilosité pubienne.
P2 Début de la puberté: rares poils pigmentés à la racine de la verge ou sur le scrotum. Volume testiculaire légèrement augmenté (>4 ml).
P3 Le volume testiculaire a progressé. Allongement de la verge. Présence de poils pubiens déjà épais, quelques poils axillaires ou faciaux ou les deux.
P4 Verge, testicules, scrotum bien développés, pilosité pubienne triangulaire. Développement de la barbe, modifications de la voix. Acné. Pilosité axillaire moyenne.
P5 Habitus corporel adulte: organes génitaux, pilosité pubienne et axillaire totalement développées.

Étiquettes :

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :